Return to site

DU MIEL POUR SOIGNER LE CANCER ?

"J'ai un cancer donc je supprime le miel car il contient du sucre et tout le monde sait que le cancer se nourrit de sucre ".

Erreur.

D'abord vous avez une "blessure/plaie" et pas un "cancer", et deuxièmement définir l'action du miel, ou des fruits, par leur teneur en sucre est très réducteur.

Bien que le miel soit composé de plusieurs substances dont les plus prédominantes sont un mélange de sucres (fructose, glucose, maltose et saccharose) il est compréhensible que son effet bénéfique sur le cancer crée du scepticisme.

Mais les études scientifiques montrent que le miel et le cancer ont une relation inverse durable (ref.) Il y a maintenant des preuves considérables que le miel est un stimulant immunitaire naturel, un agent anti-inflammatoire naturel, un agent antimicrobien naturel, un "vaccin" naturel contre le cancer et un promoteur naturel pour guérir les ulcères et les plaies chroniques. Parmi les mécanismes suggérés figurent l'inhibition de la prolifération cellulaire, l'induction de l'apoptose et l'arrêt du cycle cellulaire. (Ref.)

Le miel est riche en flavonoïdes. Les flavonoïdes ont suscité beaucoup d'intérêt chez les chercheurs en raison de leurs propriétés anticancéreuses. Les mécanismes suggérés sont assez divers tels que l'activation ou l'inhibition de diverses voies de signalisation, comme la stimulation de la libération du TNF-alpha (facteur de nécrose tumorale alpha), l'inhibition de la prolifération cellulaire, l'induction de l'apoptose, l'arrêt du cycle cellulaire et l'inhibition de l'oxydation lipoprotéique.

Des études récentes sur des lignées de cellules cancéreuses humaines, cervicales, orales et ostéosarcomes utilisant du miel de la jungle malaisienne ont montré une activité anticancéreuse significative. Il a été démontré que le miel a une activité antinéoplasique dans un modèle expérimental de vessie in vivo et in vitro.

On pense que le miel est le médiateur de ces effets bénéfiques en raison de ses principaux composants tels que la chrysine et d'autres flavonoïdes.

Il y a beaucoup à apprendre de la nature. Par exemple, des produits phytochimiques comme la génistéine, le lycopène, la curcumine, l'épigallocatéchine-gallate et le resvératrol ont été étudiés pour être utilisés dans le traitement du cancer de la prostate. Les phytoestrogènes constituent un groupe d'isoflavones et de flavonoïdes d'origine végétale, et le miel appartient aux phytoestrogènes végétaux.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly