Return to site

Cannabis sativa L. et cannabinoïdes non psychoactifs : interet dans le traitement du stress oxydatif, l'inflammation et le cancer

Je traduis ci-dessous une nouvelle étude publiée dans la revue Biomedical research international (Janvier 2019) sur le role du cannabis thérapeutique dans le traitement du cancer par le département des sciences de la vie de l'université de Modene en Italie :

"Au cours des dernières décennies, une grande attention a été accordée aux composés présents dans le Cannabis sativa L. médicinal, tels que le Δ9-THC (Δ9-tétrahydrocannabinol) et le cannabidiol (CBD), et leurs effets sur l'inflammation et sur la douleur liée au cancer. Le National Cancer Institute (NCI) reconnaît actuellement le médicament C. sativa comme un traitement efficace pour soulager un certain nombre de symptômes associés au cancer, notamment la douleur, la perte d'appétit, les nausées et vomissements et l'anxiété. Plusieurs études ont décrit le CBD comme une molécule à cibles multiples, agissant comme un adaptogène, et comme un modulateur, de différentes manières, selon le type et la localisation du déséquilibre dans le cerveau et dans le corps, interagissant principalement avec les récepteurs protéiniques spécifiques CB1 et CB2. Le CBD est présent à la fois dans les plantes médicinales et les plantes à fibres de type C. sativa, mais, contrairement au Δ9-THC, il est totalement non psychoactif. Le C. sativa de type fibreux (chanvre) diffère du C. sativa médicinal, puisqu'il ne contient que peu de C. sativa Δ9-THC et des niveaux élevés de CBD et autres composés non-psychoactifs connexes. Ces dernières années, un certain nombre de recherches précliniques se sont concentrées sur le rôle du CBD en tant que molécule anticancéreuse, suggérant que le CBD (et des molécules semblables au CBD présentes dans l'extrait de chanvre) pourrait être un candidat pour de futurs essais cliniques. De nombreuses études ont montré que le CBD possède une activité antioxydante, ce qui suggère un rôle possible dans la prévention des maladies neurodégénératives et cardiovasculaires. Dans des modèles animaux, il a été démontré que le CBD inhibe la progression de plusieurs types de cancer. De plus, on a constaté que la co-administration de CBD et de Δ9-THC, suivie de radiothérapie, entraîne une augmentation de l'autophagie et de l'apoptose des cellules cancéreuses. De plus, le CBD est capable d'inhiber la prolifération cellulaire et d'augmenter l'apoptose dans différents types de types de cancer. Ces activités semblent également faire appel à d'autres voies, comme les interactions avec les récepteurs complexes TRPV et GRP55. De plus, la découverte que le précurseur acide du CBD ( l'acide cannabidiolique, CBDA) est capable d'inhiber la migration des cellules cancéreuses du sein et de réguler à la baisse le proto-oncogène c-fos et la cyclooxygénase-2 (COX-2) montre que le CBDA pourrait agir sur une voie commune des mécanismes inflammatoires et du cancer, lesquels pourraient être responsables de son activité anticancer".

En France vous trouverez de l'huile de cannabis riche en CBD et légale sur Canebounes.ft , cliquez sur la bannière ci-dessous :

Pour les anglophones voici un schéma récapitulatif de l'effet des cannabinoides dans le "cancer" :

cannabis et cancer

L'article en entier est disponible gratuitement ici

Il y a quelques jours je partageais sur instagram une nouvelle étude (Ref.) montrant que le cannabidiol modifie la composition des vesicules extracelullaire (VE) libérez par des cellules de glioblastome. Les vesicules extracelullaire sont des médiateurs clés pour la communication cellulaire par le transfert de protéines et de matériel génétique. Les cancers, tels que le glioblastome, utilisent la libération de vesicules extracelullaire pour le reflux de médicaments, la signalisation pro-oncogène, l'invasion et l'immunosuppression. La modulation de la libération des vesicules extracelullaire est donc d'importance clinique considérable. Le cannabidiol agit sur les vesicules extracelullaire dans le "bon sens" puisque on observe une diminution des micro ARN 21 "pro-oncogenic" et une augmentation des micro126 "anti-oncogenic".

Merci de partager l'article à vos proches et sur les réseaux sociaux.

Julien Drouin

cannabis et cancer du sein
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly